Énergie

La politique énergétique – vers un approvisionnement énergétique durable, sûr et compétitif dans un contexte de digitalisation et de décarbonisation

Le défi de la politique énergétique sera de se conformer à l’ambition climatique que s’est donnée la communauté internationale à travers l’accord de Paris. Afin d’atteindre cet objectif, il est impératif de viser et atteindre les objectifs de zéro émissions en 2050 et le passage à 100% d’énergies renouvelables. Ce défi à long terme s’insère dans ce qui a déjà été anticipé par le processus de la Troisième révolution industrielle (TIR), dont les piliers sont le développement massif des énergies renouvelables, leur intégration dans le réseau d’énergie par notamment le développement du stockage d’énergie décentralisé, des réseaux d’énergie intelligents digitalisés et donc beaucoup plus efficients, l’utilisation de moyens de transports plus durables et un parc immobilier intelligent.

Afin d’atteindre ces objectifs, le Luxembourg doit jouer son rôle en devenant un acteur proactif de la transition énergétique. Pour cela, il doit attirer de l’investissement dans des start-up innovatrices, et devenir le leader mondial des fonds d’investissement dans les domaines de l’efficacité énergétique et des énergies renouvelables pour aider à encadrer la transition énergétique européenne, voire mondiale.

Il faudra veiller dans le contexte européen à continuer à mettre en œuvre une politique énergétique qui réponde aux défis climatiques et environnementaux. Celle-ci vise aussi la sécurité et la compétitivité de l’approvisionnement national tout en militant de façon engagée pour une européanisation des marchés de l’énergie et le non-recours aux énergies fossiles et nucléaires.

Efficacité énergétique – faire du Luxembourg un leader

Le processus de la Troisième révolution industrielle prévoit l’efficacité énergétique en tant que pilier important du développement durable de notre économie, afin de réussir à découpler définitivement le développement économique et la consommation énergétique. Cette transition prévoit le développement d’un parc immobilier intelligent et donc plus économe en ce qui concerne sa consommation d’énergie ainsi que la mise en place de réseaux d’énergie intelligents qui permettront d’améliorer l’efficacité de la distribution d’énergie, notamment par la décentralisation de la production et le développement du stockage.

Dans ce contexte, il est impératif de faire du Luxembourg un des pays les plus efficients au niveau de la consommation d’énergie. Voilà le seul moyen de concilier, d’un côté, la forte dynamique de notre économie et, de l’autre côté, nos ressources endogènes renouvelables certes présentes mais toutefois limitées.

Énergies renouvelables – accélérer la transition vers les 100%

Il sera impératif de veiller à la réalisation de l’objectif de 11% tel que repris dans le Plan d’action national en matière des énergies renouvelables à l’horizon 2020. Un objectif en matière d’énergies renouvelables à l’horizon 2030 devra en outre être fixé dans le contexte de l’établissement du PNEC.

Favoriser une approche systématique

L’énergie de demain sera renouvelable et fortement électrifiée afin de porter la révolution de l’électromobilité et de la digitalisation croissante de notre monde. En conséquence, les réseaux électriques devront être renforcés à l’aide d’une approche systémique, qui évitera gaspillages et doubles emplois. Cette approche optimisera les efforts dans l’efficacité énergétique et les énergies renouvelables, intégrera à la fois les aspects de la digitalisation des réseaux électriques et la promotion du stockage de l’énergie (batteries, boilers de chauffage eau, pompes à chaleur « eau », réseaux de distribution de chaleur à basse température…).

Secteurs de l’électricité et du gaz naturel – un approvisionnement sûr, compétitif et durable au vu de la digitalisation et de l’intégration sectorielle électricité, chaleur et transport

Dans le secteur de l’électricité et du gaz naturel, il sera veillé au maintien, et en cas de nécessité, au développement des interconnexions du réseau de transport d‘électricité et de gaz naturel avec les pays limitrophes en vue de maintenir, voire d’accroître, la sécurité de l’approvisionnement du pays et de garantir une intégration optimale dans le marché européen de l’énergie. L’intégration des marchés de l’électricité et du gaz naturel continuera d’être soutenue par un engagement au niveau européen et régional et la mise en place de projets innovants à caractère modèle, tels que l’intégration des marchés luxembourgeois et belge dans un seul marché gazier belgo-luxembourgeois.

Secteur pétrolier

Dans le domaine des produits pétroliers, une analyse et une évaluation détaillée des besoins en capacité de stockage sur le territoire national sera entreprise, tout en tenant compte des objectifs nationaux retenus à l’horizon 2030 et la perspective à long terme à l’horizon 2050 retenue dans le Projet de plan national énergie et climat (PNEC). Dans ce contexte seront également analysés les développements des capacités de stockage au niveau européen à l’horizon 2030 et 2050, tout en portant une attention particulière au développement des capacités dans les pays limitrophes.

Économie circulaire

La transition de l’économie linéaire actuelle vers une économie circulaire, efficiente et renouvelable qui respecte les limites des écosystèmes sera promue. Les conditions-cadre pour le fonctionnement de l’économie circulaire seront améliorées en promouvant la réparation, la réutilisation et le recyclage de produits. En outre, le modèle économique du « Prosumer » sera encouragé plus fortement. L’économie circulaire innovante sera promue, pour que les produits et les ressources soient utilisés aussi longtemps que possible. À l’avenir, les déchets doivent être considérés comme une ressource et ceci particulièrement dans le domaine de la construction.

Dernière mise à jour